Survol économique des semaines du 27 juillet au 7 août

Publié le

Ce résumé des plus récents événements couvre exceptionnellement les deux dernières semaines.

Survol économique

AU CANADA

• L’emploi a semblé vouloir se replacer tant bien que mal au Canada. Les hausses de mai et juin ont permis de se rapprocher à 1,3 million d’emplois du niveau pré-COVID, bien que la plus grande partie des emplois récupérés soit composée de postes à temps partiel.
• L’activité manufacturière a renoué avec la croissance en juillet, une première depuis le mois de mars et le début du confinement. Par ailleurs, la croissance des achats au pays a été la plus forte en deux ans en juillet (avec le bémol que le point de départ était bas).
• Le centre-ville de Toronto demeurera tranquille au moins jusqu’en 2021 alors que de nombreuses institutions financières indiquent à leurs employés de poursuivre le télétravail pour le reste de l’année. Les répercussions économiques sur plusieurs commerces de services environnants sont majeures.
• En parallèle aux entreprises technologiques, certains produits beaucoup moins électroniques ont connu une forte remontée. C’est le cas du bon vieux bois, conséquence de nombreux projets de rénovation domiciliaire réalisés depuis le début de la COVID. Le rendement sur les contrats à terme sur le bois est de plus de 100% depuis le mois d’avril. Le bois a donc battu l’or et l’argent sur la même période.
• Le président américain, ci-après The Donald, a imposé unilatéralement des tarifs de 10% sur l’aluminium canadien, faisant craindre le déclenchement d’un conflit commercial entre le Canada et son plus important partenaire d’exportation. La Canada a répliqué avec des mesures évaluées à près de 4 milliards de dollars.
• La Caisse de dépôt a dévoilé ses résultats pour les 6 premiers mois de 2020, soit un rendement négatif de -2,3%. Les pertes de placement de 8,2 milliards ont été causées entre autres par une forte présence dans l’immobilier commercial et par une sous-pondération dans les titres de Google, Apple, Facebook, Amazon et Microsoft, principaux bénéficiaires de la pandémie. La Caisse a également perdu près de 230 millions de dollars dans l’aventure du Cirque du Soleil.
• Bien que l’écart se soit amoindri, le secteur obligataire devance toujours le secteur boursier de plus de 12% de rendement depuis le début de 2020 au Canada.

AUX ÉTATS-UNIS

• Le programme américain d’aide aux particuliers sans emploi –ils sont plus de 30 millions aux États-Unis– a pris fin avec le mois de juillet. Des négociations âpres entre les Républicains et les Démocrates sont toujours en cours quant à la suite des aides à prodiguer. Les Démocrates trouvent insuffisantes les propositions des Républicains.
• La Réserve Fédérale a toutefois prolongé de trois mois des programmes de prêts d’urgence pour faire face aux conséquences persistantes de la COVID.
• Ambivalence et incertitude prolongées : D’une part, les nombreux nouveaux cas de COVID et les tweets électoraux maladroits de The Donald ont pesé sur les marchés alors que d’autre part, les espoirs de nouvelles aides gouvernementales les soutenaient. L’indice S&P500 affiche maintenant un rendement positif depuis le début de l’année et s’approche de son sommet historique, contrairement au Dow Jones et au TSX qui tirent toujours de l’arrière par rapport au 1er janvier.
• Du côté des ménages, les enquêtes ont démontré une diminution de la confiance des consommateurs, sans doute reliée en partie à la fin imminente des programmes d’aide de l’État. Les dépenses des consommateurs ont néanmoins affiché une hausse en juin malgré une baisse moyenne des revenus personnels de plus de 1%.
• L’économie américaine s’est contractée de près de 33% au deuxième trimestre, soit le pire recul économique depuis que des statistiques sont compilées à cet égard.
• En contrepartie, l’indice PMI, un important indicateur de l’activité économique et industrielle, est sorti plus fort que prévu pour le mois de juillet et pointe vers une volonté d’expansion.
• Les demandes de chômage (nouvelles et/ou maintenues) demeurent toutefois élevées à près de 20 millions de personnes et font craindre pour la force de cette reprise. Le marché du travail n’a pas encore récupéré la moitié des emplois perdus depuis mars aux États-Unis.
• La majorité des entreprises composant le S&P500 ont dévoilé leurs résultats trimestriels. Les bénéfices publiés ont souvent dépassé les attentes ajustées mais demeurent substantiellement moins élevés qu’à pareille date l’an dernier.
• La société Apple est sur le point d’être la première entreprise à franchir le seuil des deux mille milliards US (2,000,000,000,000) de capitalisation boursière. C’est davantage que le PIB du Canada, membre du G7. L’obsolescence programmée semble payante.
• Le fabriquant de voitures Tesla pourrait bientôt devenir le titre le plus lourd à faire une entrée au sein du S&P500. La compagnie n’a jamais été incluse puisqu’une règle impose d’avoir réalisé un dernier trimestre positif en plus d’une année de rentabilité. Si une Tesla rentable accédait au S&P500, les gestionnaires de fonds indiciels et de fonds négociés en bourse (ETF) devraient alors acheter le titre dans les mêmes proportions que l’indice, déclenchant du même coup des ventes d’autres composantes de l’indice à hauteur de dizaines de milliards de dollars.

À L’INTERNATIONAL

• Devant certaines incertitudes persistantes (COVID, conflit USA-Chine, contractions économiques), le statut de valeur refuge de l’or s’est renforcé sur la période alors que le métal précieux a atteint des niveaux records (voir section suivante).
• La Banque centrale européenne a prolongé jusqu’à 2021 la demande aux banques du territoire de ne pas verser de dividendes et de ne pas effectuer de rachats d’actions, dans le but de «préserver la capacité des banques à absorber des pertes et à soutenir l’économie dans cet environnement particulièrement incertain».
• L’Allemagne, moteur économique européen, a perdu depuis le début de l’année l’équivalent de sa croissance des 10 dernières années avec plus de 12% de recul. Les données préliminaires indiquent des résultats encore pires pour d’autres pays de la zone euro.
• Sur une note plus positive, les ventes au détail ont cependant rejoint les niveaux d’avant la pandémie dans la zone euro.
• Le continent africain a pour sa part passé le cap du million de cas de coronavirus identifiés, ce qui constitue vraisemblablement une sous-estimation du nombre de cas réels.
• Sur le plan des classes d’actifs, les obligations mondiales ont procuré 6,5% de rendement additionnel comparativement aux actions depuis le début de l’année.

À L’INTERSIDÉRAL (section occasionnelle, lorsqu’on a des nouvelles des autres planètes)

• Une mission vers la planète Mars a été lancée par la NASA pour tenter d’y trouver des traces de vie. C’est une Québécoise, Farah Alibay, qui fait partie de l’équipe restreinte qui pilotera à distance le module scientifique martien appelé Persévérance.

Aperçu des marchés et des performances depuis le début de l’année
(En devises locales et à la fin de la période du 27 juillet au 7 août)

CANADA

Obligations
• Univers obligataire : +9,04%
• Sous-secteur gouvernemental : +9,61%
• Sous-secteur corporatif Investment Grade : +7,57%
• Sous-secteur corporatif High-Yield (spéculatif) : +0,31%
Actions
• Indice TSX : -3,04%
• Sous-secteur TSX Énergie : -43,66%
• Sous-secteur TSX Financières : -15,52%
• Sous-secteur TSX Technologies : +47,83%

MONDIAL

Obligations
• Univers obligataire : +6,21%
• Sous-secteur gouvernemental : +6,46%
• Sous-secteur corporatif Investment Grade : +7,20%
• Sous-secteur corporatif High-Yield (spéculatif) : +0,34%
Actions
• Indice MSCI World : -0,31%
• Indice S&P500 : +3,73%
• Indice Dow Jones : -3,87%
• Indice Nasdaq : +22,72%
• Indice CSI (Chine) : +14,86%
• Indice Nikkei (Japon) : -5,61%
• Indice DAX (Allemagne) : -4,33%
• Indice FTSE (UK) : -20,02%
• Indice CAC (France) : -18,21%

AUTRES

• Dollar américain @ 1,34 CAD (Dollar CAD 0,75 USD) : +3,04%
• Indice Bloomberg des matières premières : -12,17%
• Prix du HUC (exposition au pétrole) : 9,82$
• Once d’or @ 2030$ : +33,78%
• Indice de volatilité VIX : 22 (niveau pré-pandémie entre 12 et 15)

Pour toute question ou commentaire, n’hésitez pas à nous contacter.

Bonne semaine!

Votre équipe