Survol économique de la semaine du 7 au 11 septembre

Publié le

Survol économique

AU CANADA

• C’est sans surprise que la Banque du Canada a laissé son taux d’intérêt inchangé à la suite de sa réunion de politique monétaire. Elle a également réitéré sa volonté de soutenir l’économie au pays alors que les programmes gouvernementaux de soutien aux revenus commencent à diminuer. Plusieurs ménages devraient prochainement voir leurs revenus rajustés à la baisse en conséquence.
• Forte hausse ponctuelle des mises en chantier résidentielles en rattrapage des effets dus à la COVID19, bien que l’on s’attende éventuellement à un certain calme sur ce plan avec la réduction de l’immigration à venir.
• Les reports de paiement causés par la COVID19 ont mené à une augmentation de 6% des dettes hypothécaires au pays sur l’année se terminant en mai. Ce sont 16% et 13,5% des paiements qui ont été reportés au cours des deux plus récents trimestres. Pour ajouter à ce risque, la SCHL prévoit une baisse potentielle de 18% des prix des maisons au cours des 9 prochains mois.
• En contrepartie, les aides gouvernementales temporaires récentes ont toutefois permis de réduire le ratio d’endettement des ménages en gonflant leurs revenus alors que ceux-ci avaient en parallèle réduit leurs dépenses en temps de confinement. C’est le ratio d’endettement gouvernemental qui a pris le tournant inverse.
• Les deux dernières semaines, plus difficiles pour les actions, ont vu l’avance des obligations sur les actions passer à près de 13,5% de rendement au Canada depuis le début de l’année (+8,51% contre -4,93%).

AUX ÉTATS-UNIS

• Une vague de nervosité a causé la pire période depuis la mi-mars pour l’indice technologique Nasdaq, qui est entré en territoire de correction boursière avec une perte de 10%. Le titre d’Apple, plus grande capitalisation mondiale, a perdu 16%. L’indice S&P500 est temporairement redescendu sous son sommet pré-COVID19.
• Toujours prêt à éclipser les autres, le titre de Tesla a quant à lui perdu environ le tiers de sa valeur au pire de la descente. Outre un certain vent de panique, le fait que Tesla n’ait toujours pas été inclus au S&P500 a ajouté de la pression vers le bas. C’est que la demande pour le titre serait forte de la part des gestionnaires indiciels si Tesla devait intégrer le S&P500. Conséquence de ce mouvement de prix, Elon Musk, qui venait tout juste de joindre le club des fortunes de 100 milliards USD, a vu sa valeur sur papier se retrancher à seulement 78 milliards USD. On imagine sa détresse. Rappelons qu’un titre qui a progressé de 400% comme Tesla n’a besoin que de 80% de recul pour revenir au point de départ. La magie des mathématiques.
• Les discussions entre les Républicains et les Démocrates n’ont toujours pas abouti quant aux aides gouvernementales à venir. Les aides proposées vont du simple au double (les Démocrates étant du côté plus généreux).
• Les entrepreneurs américains affichent une plus grande confiance envers l’économie mais toujours à des niveaux inférieurs à ce qu’ils étaient en début d’année. Des embauches sont à l’ordre du jour pour un cinquième des entreprises mais un quart d’entre elles seulement prévoient une amélioration du paysage économique.
• Après s’être éloigné de son sommet d’avril au pire du confinement, le taux de chômage américain s’est établi à 8,3% (c’est encore plus du double du taux de 3,7% d’il y a un an).
• Les taux hypothécaires ont à nouveau battu le record à la baisse avec 2,86% pour un prêt de 30 ans.
• Alors qu’il affirmait publiquement en mars que la COVID19 n’était qu’une petite grippe sans plus, The Donald reconnaissait en privé qu’il s’agissait d’une très grave crise sanitaire après que des experts lui aient déjà parlé de la plus grande menace à la sécurité nationale de sa présidence. Malheureusement pour El Donaldo, qui aurait pu avoir tendance à tout nier (un gars oublie), il a tenu ces propos en étant enregistré.

À L’INTERNATIONAL

• AstraZeneca a ralenti les ardeurs des plus optimistes alors qu’elle a dû annoncer une pause dans ses tests pour un nouveau vaccin. L’un des participants aux tests a développé des effets secondaires indésirables. Le projet d’AstraZeneca, en collaboration avec l’université d’Oxford, était considéré comme l’un des plus prometteurs.
• Une consommation anémique a vu l’économie de la zone euro se contracter moins que l’on craignait, mais tout de même d’une valeur record, avec un recul de près de 15% sur 12 mois.
• Les exportations chinoises ont fortement augmenté en août par rapport à l’an dernier, avec un bond de plus de 9%. Les tenants d’une reprise basée sur un autre modèle qu’avant la crise sont à revoir leurs attentes.
• Le pétrole a connu une quinzaine difficile, sa moins bonne période depuis juin, à la suite d’une hausse constatée des stocks, à une demande prévue à la baisse et à des changements de stratégie de commercialisation de la part de l’Arabie Saoudite.
• L’Espagne est devenue le premier pays d’Europe à franchir le cap des 500,000 personnes infectées à la COVID19. Le total mondial (connu) dépasse les 27 millions. Les nouveaux cas quotidiens en Inde avoisinent les 100,000.
• La Nouvelle-Zélande a rejoint le Japon et plusieurs pays d’Europe avec des taux d’intérêt négatifs sur son obligation de 3 ans. Les marchés s’attendent à ce que la banque centrale y abaisse son taux directeur à -0,25% à terme.
• Tout comme au Canada, les obligations mondiales ont creusé leur avance face aux actions mondiales, avec un rendement additionnel de plus de 5,5% depuis le début de l’année (+5,86% contre +0,25%).

Aperçu des marchés et des performances depuis le début de l’année
(En devises locales et à la fin de la semaine du lundi 7 au vendredi 11 septembre)

CANADA

Obligations
• Univers obligataire : +8,51%
• Univers obligataire de long terme : +12,53%
• Sous-secteur gouvernemental : +8,94%
• Sous-secteur corporatif Investment Grade : +7,43%
• Sous-secteur corporatif High-Yield (spéculatif) : +1,89%
Actions
• Indice TSX : -4,93%
• Sous-secteur TSX Énergie : -51,40%
• Sous-secteur TSX Financières : -13,98%
• Sous-secteur TSX Technologies : +35,57%

MONDIAL

Obligations
• Univers obligataire : +5,86%
• Sous-secteur gouvernemental : +6,01%
• Sous-secteur corporatif Investment Grade : +6,46%
• Sous-secteur corporatif High-Yield (spéculatif) : +1,04%
Actions
• Indice MSCI ACWI (mondial) : +0,25%
• Indice MSCI ACWI excluant les États-Unis: -5,28%
• Indice S&P 500 (États-Unis) : +3,41%
• Indice Dow Jones 30 (États-Unis) : -3,06%
• Indice Russell 3000 (États-Unis) : +2,89%
• Indice Russell 2000 (États-Unis) : -10,26%
• Indice Russell 1000 (États-Unis) : +3,81%
• Indice Nasdaq (États-Unis) : +20,96%
• Indice CSI 300 (Chine) : +12,95%
• Indice Nikkei 225 (Japon) : -0,51%
• Indice Stoxx 50 (Europe) : -11,46%
• Indice DAX 30 (Allemagne) : -0,35%
• Indice FTSE 100 (UK) : -20,02%
• Indice CAC 40 (France) : -15,79%

AUTRES

• Dollar américain @ 1,32 CAD (Dollar CAD @ 0,76 USD) : +1,46%
• Indice Bloomberg des matières premières : -11,21%
• Prix du HUC (exposition au pétrole) : 9,28$
• Once d’or @ 1946 USD : +28,26%
• Indice de volatilité VIX : 27 (niveau pré-pandémie entre 12 et 15)

Pour toute question ou commentaire, n’hésitez pas à nous contacter.

Bonne semaine!

Votre équipe