Survol économique de la semaine du 26 au 30 octobre

Publié le

Survol économique

AU CANADA

• Abrupt recul de l’indice TSX qui a fermé la semaine dernière à près de 9% sous son niveau du 1er janvier. Les titres technologiques, valeurs vedettes des derniers mois, ont également contribué à la descente.
• En parallèle à sa décision de laisser le taux directeur historiquement bas à 0,25%, la Banque du Canada a réitéré son intention de maintenir les taux au minimum au moins jusqu’en 2023 pour soutenir la reprise et contrer les effets de la deuxième vague de COVID-19. La BoC prévoit une contraction économique de près de 6% au pays pour 2020.
• En ces temps difficiles pour le secteur de l’énergie, Cenovus et Husky, deux importants joueurs du secteur des sables bitumineux canadiens, ont annoncé une alliance. C’est Cenovus qui acquerra Husky pour 3,8 milliards CAD.
• Seulement 13% des répondants à un sondage Bloomberg Nanos prévoient que l’économie canadienne sera plus forte dans 6 mois. Les nouvelles mesures sanitaires strictes font craindre un nouveau ralentissement.
• Les grandes banques canadiennes divergent d’opinion avec la SCHL sur le marché immobilier pour la prochaine année. Alors que la société de la couronne fédérale prévoit une baisse de 21% des prix de l’immobilier résidentiel, les banques ne voient qu’une réduction maximale de 3%. Un portion importante de leurs bénéfices est reliée au secteur.
• Les obligations canadiennes ont substantiellement creusé leur avance sur les actions avec un avantage de près de 16% depuis le début de l’année.

AUX ÉTATS-UNIS

• Semaine très difficile pour les places boursières américaines avec quelques séances fortement négatives. L’incertitude préélectorale battait son plein, combinée à une remontée globale du coronavirus et la faible probabilité d’un nouveau plan gouvernemental de soutien.
• Le fait que plusieurs entreprises dévoilent des résultats relativement bons n’a en rien changé le ton très négatif des marchés. L’indice S&P se situe à seulement +1,21% de rendement depuis le début de l’année, mais accuse toujours un retard de plus de 9% par rapport à son sommet de septembre.
• L’indice de volatilité VIX, aussi appelé le Fear Gage (mesure de la peur) par Wall Street, a terminé la session de jeudi à plus de 40, soit un niveau près de trois fois plus élevé qu’un marché «normal».
• Faisant suite au recul historique des deux premiers trimestres, le PIB américain a connu une forte croissance attendue de plus de 7% au troisième trimestre. Il demeure toutefois substantiellement en-deçà de son niveau d’avant la pandémie.
• Pendant ce temps, The Donald poursuivait sa campagne en disant que certains journaux et entreprises de câblodistribution s’effondreraient s’il ne remportait pas un deuxième mandat. Ça donne une idée de sa propre perception de lui-même comme président médiatique avant tout. Comme disait l’autre: Elect a clown, expect a circus.
• Alors que les taux de recouvrement historiques des créanciers obligataires tournaient autour de 40% en cas de faillite, les occurrences récentes indiquent des recouvrements pratiquement nuls. Les faillites de JC Penney (1,25% de recouvrement) et Neiman Marcus (3%) ont démontré que des conditions de crédit trop généreuses ces dernières années n’ont rien laissé aux chasseurs de rendements trop optimistes.
• Les fonds de dette immobilière ont amassé des cagnottes de plusieurs milliards de dollars dans le but de profiter des difficultés de certains promoteurs frappés par la pandémie. Le secteur industriel demeure un favori dans la nouvelle réalité socioéconomique (le modèle des entrepôts Amazon en étant le porte-étendard).
• Les faillites d’entreprises affichant au moins 50 millions de dettes sont au nombre de 211 aux États-Unis depuis le début de l’année, la pire performance depuis la Grande Récession. On craint par ailleurs une accélération des faillites en 2021, lorsque les soutiens gouvernementaux temporaires auront été graduellement retirés.
• À la suite de la difficile semaine pour les actions américaines, l’univers obligataire y affichait à la fermeture plus de 5% d’avance sur le S&P500 (et plus de 13% d’avance sur le Dow Jones).

À L’INTERNATIONAL

• Plusieurs pays d’Europe ont réimposé des mesures strictes face à la vigueur du coronavirus. La France, l’Allemagne, l’Espagne et l’Italie ont refermé de grands pans de leur économie. Une étude récente au Royaume-Uni démontre que plus de 100,000 personnes y attrapent le virus chaque jour.
• Partout dans le monde, les bourses ont digéré la résurgence du coronavirus en chutant substantiellement. Mis à part l’indice boursier chinois, les grandes places boursières mondiales sont essentiellement toutes retombées dans le rouge par rapport au début de l’année.
• L’Organisation mondiale du commerce (OMC) sera menée par une femme. Les deux candidates en lice sont Ngozi Okonjo-Iweala, une Nigériane et Yoo Myung-hee, une Sud-Coréenne. Les États-Unis soutiennent la candidature asiatique alors que le comité de sélection de l’OMC soutient la candidature africaine.
• Le prix du pétrole a reculé, déprimé entre autres par les cas de coronavirus qui freinent la demande d’essence, par la Lybie qui a augmenté sa production et par une augmentation des stocks aux États-Unis.
• Jack Ma (Alibaba), plus grosse fortune de Chine, a froissé son gouvernement en disant publiquement que le système bancaire chinois est moins solide et efficace qu’on le croit. Il est connu par ailleurs que des injections de capital forcées par le gouvernement maintiennent en vie des institutions insolvables mais trop grosses, afin d’éviter une contagion systémique. Au risque de se répéter, des chiffres «officiels» émis par un régime autoritaire sont à prendre avec un grain de sel une pleine salière.
• Le même Jack Ma et sa fintech Ant ont reçu plus de trois mille milliards USD (3,000,000,000,000 USD) d’intérêt pour une partie de la compagnie (35 milliards USD) qui entrera au marché sous peu. Ant deviendrait ainsi l’institution financière avec la plus grande valeur au monde, dès le jour 1.
• Mondialement, les obligations ont procuré plus de 8% de rendement supplémentaire par rapport aux actions depuis le début de 2020.

À L’INTERSIDÉRAL (section occasionnelle, lorsqu’on a des nouvelles des autres planètes)

• La galaxie entière surveille les résultats de l’élection présidentielle américaine. Ils seront une bonne indication de la probabilité de survie de l’espèce.

Aperçu des marchés et des performances depuis le début de l’année
(En devises locales et à la fin des semaines du lundi 26 au vendredi 30 octobre)

CANADA

Obligations canadiennes
• Marché monétaire T-Bill : +1,30%
• Univers obligataire : +7,18%
• Sous-secteur gouvernemental (fédéral et provinces) : +7,58%
• Sous-secteur gouvernemental de long terme (fédéral et provinces): +9,75%
• Sous-secteur corporatif Investment Grade : +6,17%
• Sous-secteur corporatif High-Yield (spéculatif) : +3,26%
Actions canadiennes
• Indice TSX : -8,69%
• Indice TSX Equal Weight : -5,94%
• Sous-secteur TSX Énergie : -56,13%
• Sous-secteur TSX Financières : -17,86%
• Sous-secteur TSX Technologies : +30,19%

ÉTATS-UNIS

Obligations américaines
• Marché monétaire T-Bill : +0,93%
• Univers obligataire : +6,32%
• Sous-secteur gouvernemental : +7,88%
• Sous-secteur gouvernemental de long terme : +17,69%
• Sous-secteur corporatif Investment Grade : +6,45%
• Sous-secteur corporatif High-Yield (spéculatif) : +1,13%
Actions américaines
• Indice S&P500 : +1,21%
• Indice S&P500 Equal Weight : -6,96%
• Indice Dow Jones : -7,14%
• Indice NYSE : -10,66%
• Indice Russell 3000 : +1,66%
• Indice Russell 2000 : -7,79%
• Indice Russell 1000 : +2,32%
• Indice Nasdaq : +21,61%

MONDIAL

Obligations mondiales
• Univers obligataire : +5,82%
• Sous-secteur gouvernemental : +6,25%
• Sous-secteur corporatif Investment Grade : +5,78%
• Sous-secteur corporatif High-Yield (spéculatif) : -0,51%
Actions mondiales
• Indice MSCI World (pays avancés) : -2,78%
• Indice MSCI World ESG (pays avancés, avec critères ESG) : -2,76%
• Indice MSCI ACWI (tous pays) : -2,52%
• Indice MSCI ACWI ex-USA (tous pays, excluant les États-Unis) : -9,32%
• Indice CSI 300 (Chine) : +15,24%
• Indice Nikkei 225 (Japon) : -1,53%
• Indice Stoxx 50 (Europe) : -19,69%
• Indice DAX 30 (Allemagne) : -11,14%
• Indice FTSE 100 (UK) : -25,70%
• Indice CAC 40 (France) : -22,78%

AUTRES INDICATEURS

• Dollar américain @ 1,33 CAD (Dollar CAD @ 0,75 USD) : +2,49%
• Indice Bloomberg des matières premières mondiales : -11,24%
• Prix du HUC (exposition au pétrole) : 8,59$
• Once d’or @ 1891 USD : +24,35%
• Indice de volatilité VIX : 36,14 (niveau pré-pandémie entre 12 et 15)

Pour toute question ou commentaire, n’hésitez pas à nous contacter.

Bonne semaine!

Votre équipe