Survol économique de la semaine du 2 au 6 novembre

Publié le

Survol économique

AU CANADA

• Renversement complet de la dernière semaine d’octobre alors que la semaine dernière a vu le TSX bondir et se rapprocher à près de 4% de son niveau de début d’année (voir la section rendements en fin de lettre). Le TSX équipondéré, moins malmené par les imposants titres du secteur de l’énergie, se rapproche quant à lui à moins de 1% du niveau du 1er janvier.
• Les titres technologiques ont connu une semaine exceptionnelle pour se retrouver à la fermeture de vendredi à plus de 40% de rendement depuis janvier. Les titres du secteur financier ont aussi progressé, réduisant leur retard à près de 14% du niveau de départ de l’année.
• Le commerce international canadien (importations et exportations) demeure en-deçà de son niveau de début d’année mais il affiche néanmoins une tendance à la reprise. Les secteur de l’aéronautique, de l’énergie et du bois d’œuvre y ont joué un habituel rôle central.
• L’indice PMI de l’activité économique a tranquillement progressé pour un cinquième mois consécutif au Canada. L’économie du pays accuse toujours du retard sur l’avant-pandémie à cause des confinements reliés à la première vague. Les mesures reliées à la deuxième vague ne feront pleinement ressentir leurs effets que lors des publications du quatrième trimestre, voire en 2021.
• La récupération des millions d’emplois perdus au pays durant le confinement a ralenti en octobre à moins de 84,000 embauches, dû aux fermetures causées par la deuxième vague de coronavirus. Près du tiers des entreprises sondées par la Banque du Canada ont également prévu ne pas revenir au nombre d’employés de l’avant-pandémie avant au moins un an, si elles y reviennent.
• Le géant québécois Alimentation Couche-Tard a poursuivi son expansion mondiale, cette fois en Asie, avec l’acquisition de 340 magasins de la bannière Circle K principalement à Hong Kong.
• Mauvaise nouvelle pour l’avionneur Bombardier. Une enquête pour pot de vin et corruption en Indonésie a été ouverte, faisant chuter le titre. Bombardier venait par surcroit d’annoncer des pertes importantes au troisième trimestre.
• Victime de la pandémie comme partout ailleurs, l’Ontario prévoit réaliser un déficit de plus de 60 milliards CAD au cours des deux prochaines années. En matière de finances publiques, le mot «record» devient presque usé.
• Malgré la forte remontée boursière de la semaine, les obligations canadiennes conservent une avance de plus de 12% sur les actions depuis le début de l’année.

AUX ÉTATS-UNIS

• Joseph Robinette Biden (Parti démocrate) deviendra le 46e président des États-Unis d’Amérique le 20 janvier prochain.
• Tout indique que la Chambre des 435 représentants demeurera sous contrôle du Parti démocrate alors que le Sénat (100 sièges) devrait demeurer sous l’égide du Parti républicain.
• La campagne aura coûté près de 20 milliards CAD, pulvérisant de loin le précédent record.
The Donald n’est pas content. Il avait «officialisé» sa propre victoire avant même le décompte des votes, pratique qui n’apparait pourtant pas dans le guide Démocratie pour les Nuls. Il était sur l’un de ses terrains de golf lorsqu’il a appris la nouvelle de sa défaite déclarée. Au moment d’écrire ces lignes il refusait toujours de concéder la victoire, bien que plusieurs ténors de son parti l’aient déjà fait.
• Kamala Harris deviendra vice-présidente. Elle sera la première femme, la première personne afro-américaine (de son père jamaïcain) et la première personne indo-américaine (de sa mère indienne) à occuper ce poste. Elle a vécu à Montréal de 1976 à 1981 alors que sa mère travaillait à l’Hôpital général juif et à l’université McGill.
• Les priorités indiquées de la nouvelle administration seront la lutte contre la pandémie, le redressement économique en période de récession, les changements climatiques et les conflits raciaux qui font rage au pays.
• En parallèle aux tractations politiques, les États-Unis en sont à plus de 100,000 nouveaux cas de COVID-19 chaque jour.
• Au lendemain d’un scénario électoral de gridlock (blocage politique), les investisseurs se sont tournés vers des valeurs refuges et les titres technologiques ont progressé devant la forte probabilité d’un statu quo : pas de hausses de taxes auprès des plus aisés, pas de grand programme environnemental, pas de grande législation visant à mettre au pas certaines entreprises technologiques dominantes. Cette réaction des marchés illustre parfaitement le fait que les intérêts financiers et les intérêts collectifs ne sont pas alignés dans la logique économique actuelle.
• La Réserve Fédérale a également donné un coup de pouce à l’enthousiasme des marchés en confirmant qu’elle fera encore tout en son pouvoir pour soutenir une économie durement frappée par la pandémie. Cette politique monétaire a plus que compensé les inquiétudes reliées à la politique fiscale (i.e. programme d’aide reporté et sans doute réduit dû aux résultats électoraux divisés).
• Les taux hypothécaires ont battu leur record à la baisse pour une douzième fois cette année. Une hypothèque sur 30 ans peut être souscrite à un taux de 2,78%.
• Après des pertes de dizaines de millions d’emplois en mars et avril, le marché du travail américain connait une reprise hésitante. Les chiffres d’octobre montrent la création de seulement 365,000 emplois, soit la moitié moins qu’en septembre. La création d’emplois s’est montrée plus faible que les attentes à chaque mois sauf un depuis le début de la pandémie.
• Des signaux de reprise sont visibles depuis quelque temps aux États-Unis mais la Réserve Fédérale indique toutefois que la production industrielle a reculé en septembre et demeure substantiellement inférieure au niveau d’avant la pandémie. La recrudescence du coronavirus et la fin des aides gouvernementales sont deux facteurs qui pèsent très lourd sur la capacité de l’économie de redécoller durablement.
• Le Trésor américain a annoncé viser la vente record de 122 milliards USD de titres lors de sa prochaine émission de refinancement. Il s’appuiera sur des obligations à échéance de 3 ans (54 milliards USD), de 10 ans (41 milliards USD) et de 30 ans (27 milliards USD).
• Deux propriétaires majeurs de centres commerciaux américains ont connu le même sort que de trop nombreux locataires en difficulté. Pennsylvania REIT et CBL Associates se sont placés sous la protection des tribunaux face à leurs créanciers (ce qu’on appelle le Chapter 11 aux États-Unis). Ces deux firmes comptent à elles seules près de 90 millions de pieds carrés en immobilier.
• Warren Buffett, habituellement un détracteur de la pratique de racheter ses propres actions, a procédé depuis le début de l’année au rachat d’environ 21 milliards CAD d’actions de Berkshire Hathaway, son conglomérat financier. C’est une indication qu’il ne perçoit pas d’occasion externe dont le taux de rendement serait plus grand que sa propre croissance interne.
• La forte remontée des titres technologiques a permis au S&P500 de devancer maintenant les obligations américaines de près de 2% depuis janvier. Ces dernières battent toutefois le Dow Jones de plus de 7%.

À L’INTERNATIONAL

• Alors que les yeux de la planète étaient tournés vers une élection chaotique aux États-Unis, certains régimes autoritaires en profitaient pour procéder à quelques arrestations de rivaux dérangeants, notamment en Chine (Hong Kong), au Zimbabwe, en Ouganda et en Tanzanie. En Côte-d’Ivoire, le président sortant s’est réimposé pour un troisième mandat alors que la constitution n’en autorise pourtant que deux. Quand on aime son travail.
• Le gouvernement chinois a bien montré qui était le patron en stoppant l’entrée en bourse de la fintech Ant, propriété de Jack Ma (fondateur d’Alibaba et plus grande fortune de Chine). M. Ma avait critiqué le système bancaire chinois, au grand déplaisir du régime.
• La Chine a par ailleurs publié des chiffres qui indiquent une croissance de la production inégalée depuis 2011 selon l’indice PMI local de la firme Caixin. Comme le rappelait un des gouverneurs régionaux: «En Chine, les dirigeants décident des chiffres, et les chiffres décident des dirigeants».
• On pouvait lire la semaine dernière, selon la source consultée, soit que la zone euro avait connu une croissance de près de 13% de son PIB, soit qu’elle avait reculé de plus de 4%. La première valeur comparait au trimestre précédent alors que la deuxième couvrait la dernière année. Toujours lire plus loin que les manchettes.
• Une inquiétante persistance du virus en Europe amène les autorités à jongler avec l’idée de procéder à des tests systématiques sur l’ensemble de la population afin de vaincre la pandémie.
• Globalement, les obligations devancent les titres boursiers d’environ 2,5% depuis le début de l’année.

AU TRUMP NATIONAL GOLF CLUB EN VIRGINIE

« Fore! »

Aperçu des marchés et des performances depuis le début de l’année
(En devises locales et à la fin de la semaine du lundi 2 au vendredi 6 novembre)

CANADA

Obligations canadiennes
• Marché monétaire T-Bill : +1,30%
• Univers obligataire : +7,57%
• Sous-secteur gouvernemental (fédéral et provinces) : +7,90%
• Sous-secteur gouvernemental de long terme (fédéral et provinces): +10,49%
• Sous-secteur corporatif Investment Grade : +6,74%
• Sous-secteur corporatif High-Yield (spéculatif) : +3,71%
Actions canadiennes
• Indice TSX : -4,58%
• Indice TSX Equal Weight : -0,75%
• Sous-secteur TSX Énergie : -54,90%
• Sous-secteur TSX Financières : -14,74%
• Sous-secteur TSX Technologies : +42,24%

ÉTATS-UNIS

Obligations américaines
• Marché monétaire T-Bill : +0,93%
• Univers obligataire : +6,83%
• Sous-secteur gouvernemental : +8,13%
• Sous-secteur gouvernemental de long terme : +18,65%
• Sous-secteur corporatif Investment Grade : +7,86%
• Sous-secteur corporatif High-Yield (spéculatif) : +3,27%
Actions américaines
• Indice S&P500 : +8,63%
• Indice S&P500 Equal Weight : -1,37%
• Indice Dow Jones : -0,75%
• Indice NYSE : -4,99%
• Indice Russell 3000 : +9,25%
• Indice Russell 2000 : -1,46%
• Indice Russell 1000 : +10,00%
• Indice Nasdaq : +32,57%

MONDIAL

Obligations mondiales
• Univers obligataire : +7,20%
• Sous-secteur gouvernemental : +7,70%
• Sous-secteur corporatif Investment Grade : +7,47%
• Sous-secteur corporatif High-Yield (spéculatif) : +1,93%
Actions mondiales
• Indice MSCI World (pays avancés) : +4,73%
• Indice MSCI World ESG (pays avancés, avec critères ESG) : +4,69%
• Indice MSCI ACWI (tous pays) : +4,87%
• Indice MSCI ACWI ex-USA (tous pays, excluant les États-Unis) : -2,46%
• Indice MSCI Marchés émergents : +5,54%
• Indice CSI 300 (Chine) : +19,26%
• Indice Nikkei 225 (Japon) : +2,83%
• Indice Stoxx 50 (Europe) : -14,45%
• Indice DAX 30 (Allemagne) : -5,80%
• Indice FTSE 100 (UK) : -21,64%
• Indice CAC 40 (France) : -17,02%

AUTRES INDICATEURS

• Dollar US @ 1,31 CAD (Dollar CAD @ 0,77 USD) : +0,46%
• Euro @ 1,55 CAD (Dollar CAD @ 0,65 EUR) : +6,37%
• Yuan @ 0,20 CAD (Dollar CAD @ 5,07 CNY) : +5,79%
• Bloomberg des matières premières mondiales : -9,63%
• Prix du HUC (exposition au pétrole) : 8,89$
• Once d’or @ 1951 USD : +28,61%
• Indice de volatilité VIX : 24,86 (niveau pré-pandémie entre 12 et 15)

Pour toute question ou commentaire, n’hésitez pas à nous contacter.

Bonne semaine!

Votre équipe