Survol économique de la semaine du 10 au 14 août

Publié le

Survol économique

AU CANADA

• Après la récupération rapide d’une bonne partie des pertes subies relativement au début de l’année, le marché boursier canadien montre des signes d’essoufflement. Près de 60% des composantes du TSX sont toujours en territoire négatif depuis le 1er janvier.
• La publication des bénéfices des 6 grandes banques canadiennes prévue avant la fin du mois, si les chiffres s’avèrent positifs, pourrait réinsuffler une dose d’optimisme après que l’effet du soutien gouvernemental massif ait perdu de son élan.
• Le Canada a maintenant récupéré la moitié des emplois perdus au pire de la pandémie et des confinements forcés.
• La mise en chantier de nouvelles résidences a connu un fort rebond en juillet avec une croissance de 16% sur le mois précédent. Les multiplex et blocs appartements ont mené la hausse par rapport aux maisons unifamiliales.
• Dans une «déclaration» qui n’a surpris personne, le ministre des finances de l’Ontario, plus grande économie du Canada, a solennellement annoncé que sa province était en récession…
• Les obligations conservent une avance de près de 11% de rendement sur les actions depuis le début de l’année au pays.

AUX ÉTATS-UNIS

• L’un des plus grands investisseurs contemporains, Warren Buffett, historiquement un fidèle supporteur du secteur financier, en a réduit l’exposition pour investir dans le secteur de l’or. Cette décision indique vraisemblablement qu’il prévoit un paysage économique à venir plutôt assombri (l’or étant une valeur refuge).
• La firme du même Buffett, Berkshire Hathaway, profite habituellement des replis économiques pour procéder à des achats, alors qu’elle a plutôt vendu pour environ 17 milliards CAD d’actions dernièrement. La firme possédait des liquidités de près de 200 milliards CAD à la fin juin mais ne s’en est pas servi pour procéder à des acquisitions. Warren Buffet bénéficie d’une lecture en direct sur l’état de l’économie du fait de ses nombreuses prises de positions importantes dans plusieurs industries.
• Alors que l’approche d’un sommet boursier entraîne normalement des investissements accrus et un certain espoir, le contexte actuel d’incertitude et de déconnexion économique a vu les investisseurs retirer l’équivalent de plus de 60 milliards CAD de fonds et d’ETF reliés aux actions au cours des 5 dernières semaines.
• Les bénéfices des entreprises continuent de battre les pires attentes, mais demeurent en voie d’afficher une chute de 33%. La valorisation boursière est maintenant la plus élevée depuis l’éclatement de la bulle techno des années 2000.
• Dopés par l’aide massive de la Réserve Fédérale, les marchés ont valorisé une émission d’obligations spéculatives (Junk Bonds) au plus bas taux jamais enregistré, soit un taux de seulement 2.875% pour un terme de 10 ans. L’aversion au risque est fortement amortie par l’aide sans précédent et apparemment sans limite de la Fed.
• Le niveau de valorisation du Nasdaq, qui est fermement en territoire de bulle avec les ratios cours-bénéfices les plus élevés depuis 2004, fait dire à plusieurs analystes que les marchés parient que les mesures de distanciation physique sont là pour rester. Les entreprises technologiques du Nasdaq sont les principales bénéficiaires de telles mesures. Pour justifier leur prix actuel et revenir à leur niveau de valorisation moyen historique, les composantes du Nasdaq devraient collectivement voir leurs bénéfices croître de pas moins de 73% au cours des 3 prochaines années. Les analystes prédisent plutôt une croissance des bénéfices sur 3 ans de 19%.
• Alors que les négociations pour de nouvelles aides gouvernementales piétinent, les États-Unis ont franchi le cap des 5 millions de cas détectés de coronavirus, ayant ajouté 1 million de cas au cours des deux dernières semaines seulement.
• Avec l’espoir de redémarrer l’économie et soutenir les marchés boursiers, The Donald a laissé entendre qu’il comptait abaisser les impôts sur le gain en capital. L’approche d’une élection n’aurait rien à y voir.
• Le même The Donald a aussi fait appel à des fonds fédéraux d’urgence normalement réservés aux catastrophes naturelles dans le but de combattre le chômage au pays. La mesure a été décrite comme potentiellement illégale à la fois par des Démocrates et dans son propre camp. Un seul «président» l’avait fait avant lui : Frank Underwood dans la populaire série House of Cards sur Netflix. La suite de l’histoire? Underwood est réélu en partie grâce à la popularité de son programme, mais doit démissionner rapidement au début de son deuxième mandat à la suite de trop nombreux scandales. Rien à rajouter ici.
• Ou peut-être juste une chose à ajouter. The Donald a suggéré que, considérant tout ce qui avait été accompli depuis son élection, «peut-être plus que durant toutes les présidences précédentes» dans ses propres mots, il trouvait que d’ajouter son visage au monument du Mont Rushmore serait une bonne idée. Il s’y trouverait en compagnie de Washington, Jefferson, Lincoln et Roosevelt. L’humilité d’un homme.

À L’INTERNATIONAL

• Avec plus de 160 initiatives internationales en développement pour la recherche d’un vaccin à la COVID19, selon l’Organisation mondiale de la santé, les craintes sont fortes qu’un certain «nationalisme de vaccin» s’installe et que les doses traversent difficilement les frontières. Des soupçons d’espionnage ont même été émis à l’endroit de la Chine et de la Russie.
• Avant même qu’une étude formelle ne soit complétée, le président russe Vladimir Poutine a annoncé que son pays avait développé le premier vaccin contre la COVID19. La communauté scientifique internationale a émis de sérieux doute sur la validité de l’annonce.
• Le nombre de cas de coronavirus détectés au niveau mondial a dépassé les 20 millions, avec maintenant plus de 700,000 décès attribué au virus.
• Des 12 millions d’emplois créés dans la zone euro depuis 10 ans, c’est près de 5 millions qui ont été perdus en quelques semaines durant la pandémie et les confinements.
• Les indicateurs économiques en Chine semblent indiquer que le premier pays à avoir été victime de la COVID19 sera aussi le premier à reprendre le chemin de la croissance économique.
• Bien que la Norvège ne soit pas membre de l’OPEP, l’Organisation des pays exportateurs de pétrole, elle contribuera néanmoins à la réduction globale de production afin de soutenir le prix de la ressource. On craint un surplus de production dû à une demande réduite par la contraction économique mondiale.
• Les conséquences de la forte augmentation de la demande en ligne pour des livraisons de biens variés sont de plus en plus visibles. La capacité réelle de livraison n’a pas pu suivre la cadence et des hausses de prix ont été instaurées par les entreprises de livraison. Cette dynamique fait douter de la possibilité de croissance aussi rapide à long terme des entreprises qui vendent essentiellement en ligne.
• Les espoirs que la récession puisse être la plus sévère mais la plus brève de l’histoire commencent à manquer de substance. De plus en plus de signaux rappellent les récessions précédentes, entre autres sur le plan de l’emploi (on dénombre toujours des millions d’emplois manquants et la période de chômage s’étire). Les économistes misent toujours sur une reprise pour le troisième trimestre mais un retour de l’économie au niveau de février pourrait prendre quelques années.

Aperçu des marchés et des performances depuis le début de l’année
(En devises locales et à la fin de la semaine du 10 au 14 août)

CANADA

Obligations
• Univers obligataire : +7,69%
• Sous-secteur gouvernemental : +8,05%
• Sous-secteur corporatif Investment Grade : +6,77%
• Sous-secteur corporatif High-Yield (spéculatif) : +0,79%
Actions
• Indice TSX : -3,22%
• Sous-secteur TSX Énergie : -41,64%
• Sous-secteur TSX Financières : -13,47%
• Sous-secteur TSX Technologies : +40,78%

MONDIAL

Obligations
• Univers obligataire : +5,60%
• Sous-secteur gouvernemental : +5,73%
• Sous-secteur corporatif Investment Grade : +6,30%
• Sous-secteur corporatif High-Yield (spéculatif) : +0,42%
Actions
• Indice MSCI World : +0,74% (au 16 août)
• Indice S&P 500 (États-Unis) : +4,40%
• Indice Russell 3000 (États-Unis) : +4,62% (au 17 août)
• Indice Russell 2000 (États-Unis) : -4,97% (au 17 août)
• Indice Russell 1000 (États-Unis) : +5,29% (au 17 août)
• Indice Nasdaq (États-Unis) : +22,81%
• Indice CSI 300 (Chine) : +14,84%
• Indice Nikkei 225 (Japon) : -1,55%
• Indice Stoxx 50 (Europe) : -11,75%
• Indice DAX 30 (Allemagne) : -2,62%
• Indice FTSE 100 (UK) : -19,26%
• Indice CAC 40 (France) : -16,98%

AUTRES

• Dollar américain @ 1,33 CAD (Dollar CAD @ 0,75 USD) : +2,12%
• Indice Bloomberg des matières premières : -12,15%
• Prix du HUC (exposition au pétrole) : 9,91$
• Once d’or @ 1945,12 USD : +28,20%
• Indice de volatilité VIX : 22 (niveau pré-pandémie entre 12 et 15)

Pour toute question ou commentaire, n’hésitez pas à nous contacter.

Bonne semaine!

Votre équipe